18:11
14 Décembre 2017

Étape 6 – Saint-Seine-l’Abbaye / Saint-Romain

IMG-20150703-WA0006

Une demie-douzaine de cyclistes (vélo club de la vallée de l’Ouche ainsi que des cyclo de Beaune) attendent nos « Valroquiens » près de l’abbatiale et c’est parti à 8h30.

« Un régal, j’ai ouvert grand les yeux sur tout le parcours (canal de Bourgogne, vallée de l’Ouche), et j’ai envoyé des photos à mes enfants » dixit Jean Pierre qui ajoute, à l’arrivée, après le déjeuner partagé au bord de l’eau, et en sirotant une boisson fraîche chez Monsieur le maire passionné d’archéologie : « ils savaient pourquoi on roulait et, sans eux, cet après-midi (38 degrés) je n’y serais jamais arrivé ; ils ont pédalé à côté de moi, à mon rythme alors que de dix ans et plus, mes aînés (le doyen avait 84 ans !), ils auraient pu rouler plus vite ».
À noter pour les statistiques officielles : amplitude des âges sur ValRoq : 80 ans ! En effet, dimanche 28 juin, un cycliste de 4 ans à fait la totalité de la première étape Valenciennes – Landrecies.

À partir de 15h30, l’Operabus est là, entre l’église et le stand de Citoyenneté Routière. Malgré la chaleur et grâce à quelques affiches bien placées, des spectateurs peuvent profiter des voix racontant une sorte de voyage européen et du message vantant un comportement citoyen.

Côté intendance et organisation, nous sommes installés à Saint-Romain bas, à la maison du patrimoine et (voir plus haut) le patrimoine, ici, est riche d’époques successives. Amateurs de pierres et de fossiles, accourez ! Louison (pourquoi son père l’a-t-il appelé ainsi?) qui rêve d’être archéologue va se régaler demain.

Cette maison du patrimoine est dotée de plus de quarante couchages et on est là pour deux jours. La clim des vieilles pierres fera le reste pour nous permettre de recharger les batteries.

Une dernière précision pour cette étape 6 : y a pas qu’les hommes qui ont soif. Avant Saint-Romain, il a fallu organiser une tournée générale de gasoil pour les montures.

Demain, nous allons à Merceuil, sur la stèle érigée le long de l’autoroute A6, à la suite de l’accident de Beaune de 1982, avant de rejoindre la ville de Meursault où une nouvelle fois, en musique et en rencontres, il s’agira de redire :

« En autocar aussi la ceinture sauve des vies »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *