14:25
29 Juin 2017

L’association souhaite continuer sa mobilisation autour de la ceinture de sécurité dans les autocars

Dans un article mis en ligne sur le site du Parisien, l’accidentologiste français Patrick Botto, que nous avons interviewé en mai de cette année, répond aux questions autour des raisons du bilan lourd de l’accident de Pissenguin. Le temps pour évacuer un autocar en feu n’a presque pas évolué depuis 30 ans. Il y a encore du travail ! La volonté de l’association est de travailler sur une procédure de « présentation  » de la ceinture à bord des autocars et des équipements de sécurité à bord, rapide, opérationnelle et efficace ! comme pour les avions !

Et notre sentiment a été d’ailleurs confirmé par le message que nous a laissé un steward aérien depuis plus de 15 ans qui nous dit :

Avant chaque vol, les P.N.C. (Personnel Navigant Commerciaux) réalisent les démonstrations de sécurité afin de permettre aux passagers de visualiser les issues de secours. De plus, ces mêmes P.N.C. sont entrainés pour gérer les situations dégradées (feu, fumée, bris d’avion…)

Considérant ces deux éléments, je pense que si chaque chauffeur de bus accordait quelques minutes à ses passagers – qui plus est lorsqu’il s’agit de personnes âgés – pour leur expliquer, avant de partir, la conduite à tenir en cas de danger, on arriverait peut-être, dans les très rares cas ou cela viendrait à se produire de nouveau – comme se fut le cas à Puisseguin (43 morts pour 48 passagers) – à sauver davantage de vie.

Nous avons, je pense dans l’aérien, une longueur d’avance en terme de sécurité, sur les autres moyens de transport collectif. Compte-tenu de l’essor que prendra bientôt l’autocar notamment grâce à la démocratisation du modèle « low-cost » dans ce secteur, le toujours « moins cher » ne doit pas rimer avec le toujours « moins de sécurité »…

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *