14:19
29 Juin 2017

Notre association

Naissance de l’association

L’association Citoyenneté Routière a été créée en 1996 à Valenciennes, suite à l’accident de car du 10 Juillet 1995 sur l’A9 à Roquemaure (Gard).
Ce jour-là, suite à l’endormissement du chauffeur, un car à étage, assurant la liaison Pays-Bas / Espagne, se couche sur la glissière de sécurité.

Bilan : 23 morts et 31 blessés

Parmi les victimes, on compte plusieurs personnes de la région de Valenciennes (Nord) : Baptiste (15 ans), Florence (15 ans) et Guy, tous trois décédés; une jeune Amandinoise reste profondément meurtrie.

Suite à cet accident, les parents et amis des victimes ont organisé, le 16 novembre 1995, à Valenciennes, une conférence débat :

« Le risque zéro sur la route : de l’utopie à l’espoir »

Ce débat a réuni autour de treize intervenants plus de 450 personnes. Forts de ce soutien et conscients du travail à accomplir dans ce domaine, ils décidèrent de créer: « Citoyenneté Routière ».

L’assemblée constitutive a eu lieu le 10 février 1996 à Valenciennes. Depuis sa création, elle ne cesse d’œuvrer pour une prise de conscience du plus grand nombre sur les dangers de la route. Malgré les progrès récents dans ce domaine, elle reste mobilisée.

 

Les suites de l’accident

L’association ne se porte pas partie civile mais multiplie les contacts :

  • Adhésion à la FENVAC (Fédération Nationale des Victimes d’Accidents Collectifs)
  • Rencontre de M. BODON, Délégué Interministériel à la Sécurité Routière, au cours d’une réunion avec différentes associations

En Janvier 1999 , a lieu à Nîmes le procès de l’accident de Roquemaure. L’association par un communiqué de presse donne sa réaction.
Le jugement s’appuie sur le rapport de l’Enquête REAGIR.
Rappelons que c’est suite à cet accident que l’équipement des cars et le port de la ceinture ont été rendus obligatoires en Europe.

En mars 2000, se tenait à Nîmes, le procès en appel de l’accident de Roquemaure.
Le bureau a rappelé à la presse, l’enjeu de ce procès et a envoyé un communiqué de presse suite au jugement rendu le 9 Mai 2000.

À propos du jugement en appel, rendu par le Tribunal de Nîmes, ce mardi 9 mai 2000, sur l’accident de car à étages de Roquemaure (23 morts, 31 blessés), l’Association Citoyenneté Routière exprime sa satisfaction de voir confirmée la responsabilité des employeurs (qui, seuls, avaient fait appel) par une aggravation des peines de prison ferme qui passent de 12 à 15 mois et la confirmation de l’interdiction d’exercice.

L’Association espère que ce jugement contribuera à faire réfléchir les professionnels de la route (patrons et employés) qui mettent en jeu la vie des autres en ne respectant pas les règles de sécurité. L’association continue de mettre en garde les usagers sur l’utilisation des cars à étage par certaines compagnies de transports et les pratiques douteuses de certaines d’entre-elles.

La vigilance de tous s’impose et en premier lieu, celle des sociétés de tourisme qui proposent ce type de voyages.